Les Prix champions de la Terre ont été décernés lors d’une cérémonie en marge de la 73e session de l’Assemblée générale à New York. Ils se distinguent en deux catégories : les Jeunes champions de la Terre et les Champions de la terre.

Les Jeunes champions de la Terre

Issu d’un concours lancé en 2017 par l’Organisation des Nations Unies, ce prix récompense les projets les plus ambitieux de jeunes entre 18 et 30 ans qui font preuve d’une capacité exceptionnelle à œuvrer en faveur de l’environnement.

Cette année, sept jeunes originaires de toutes les régions du monde sont lauréats de ce prix qui s’accompagne d’un financement de départ 15 000 dollars, d’un mentorat et d’un soutien technique pour développer leur projet.

Les Jeunes champions de la Terre sont :

  • Shady Rabab, pour avoir traité de la pauvreté et de la gestion des déchets en Égypte en fabriquant des instruments de musique à partir de déchets et pour avoir permis à des jeunes de participer à un groupe de musique.
  • Hugh Weldon, pour son application pour smartphone qui calcule l’empreinte écologique d’un utilisateur grâce à l’analyse des tickets de caisse enregistrés par l’application.
  • Heba Al-Farra, pour son soutien aux femmes spécialistes de l’environnement dans l’industrie verte au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
  • Arpit Dhupar, pour sa technique révolutionnaire qui filtre 90 % des particules émises par les générateurs diesel et les transforme en encre sans réduire leurs performances mécaniques.
  • Miao Wang, pour son initiative Better Blue, qui permet aux plongeurs de conserver et de protéger l’océan.
  • Miranda Wang, pour sa technologie innovante visant à transformer la pollution plastique en de nouvelles ressources pour une économie durable.
  • Gator Halpern, pour avoir créé un réseau de fermes coralliennes visant à restaurer les récifs menacés, restaurer les écosystèmes dynamiques et protéger les communautés qui en dépendent.

Les Champions de la terre 2018

Le Prix Champions de la terre a été instauré en 2005 pour succéder au Palmarès mondial des 500, une initiative d’ONU Environnement (alors Programme des Nations Unies pour l’environnement ou PNUE) et récompense des chefs d’Etat, des scientifiques passionnants et des personnalités éminentes pour leurs actions en faveur de la préservation de l’environnement.

Ont été récompensés cette année :

L’aéroport international de Cochin (Inde), premier aéroport solaire au monde : Principal aéroport de l’Etat de Kerala en Inde (10 millions de passagers), cette installation a commencé sa mue vers les énergies renouvelables en 2012 et produit aujourd’hui 29,5 mégawatts d’électricité, couvrant ainsi 100% de ses besoins tout au long de l’année grâce à un système de réserve qui prend le relais pendant les périodes de mousson [lire l’article complet en anglais].

Impossible Food et Beyond Meat : Depuis la nuit des temps, les humains dépendant des animaux pour leur nourriture, mais nous atteignons aujourd’hui les limites de cette exploitation : l’impact destructeur de l’agriculture animale sur l’environnement est immense, par sa production de gaz à effets de serre qui équivaudrait à celle de tous les véhicules motorisés. L’idée derrière ce projet est de changer le type de protéines dont nous avons besoin, passant ainsi de la viande à une protéine à base de plantes [lire l’article complet en anglais].

Zhejiang (Chine) pour son programme de revitalisation rurale : bordant la rivière Zhe en Chine, cette province est l’une des plus riches et plus développées du pays (6% du PIB chinois), mais ce développement menaçait la richesse de l’environnement et la qualité de vie de ses habitants. Sous l’impulsion du Président Xi Jinping, la province a lancé son programme de revitalisation, qui place la protection de l’environnement au centre du projet, notamment par la gestion des eaux, des eaux usées et la restauration des écosystèmes. Aujourd’hui, 97% des villages de la province ont transformé leurs cours d’eau pollués en source d’eau potable, pour 30 millions d’habitants [lire l’article complet en anglais].

Joan Carling : Défenseure des droits des populations autochtones et activiste écologique, cette Philippine lutte depuis plus de 20 ans au niveau international. Elle a fait de la défense des droits de l’homme au sens large du terme sa philosophie de vie. Sa lutte pour la préservation d’un environnement durable au profit de tous, et notamment des peuples autochtones lui a valu d’être considérée comme affiliée à un groupe terroriste dans son pays [lire l’article complet en anglais].

Emmanuel Macron : le Président de la France a placé l’action climatique au sommet de ses priorités internationales. Il a initié les discussions et les négociations qui ont conduit à la COP 21 et à la signature de l’Accord de Paris sur le climat entré en vigueur en novembre 2016 [lire l’article complet en anglais].

Narendra Modi : Le Premier Ministre indien est récompensé pour son implication internationale en faveur de la préservation de l’environnement. Sous son influence, l’Inde a promis de ne plus utiliser de plastique à usage unique d’ici à 2022. Il a aussi initié l’International Solar Alliance, regroupant 121 pays (principalement de la « Ceinture du soleil », entre les deux tropiques) qui se sont engagés à une utilisation efficace de l’énergie solaire [lire l’article complet en anglais].