La troisième journée du débat général s’est poursuivi au même rythme que les deux précédentes. La liste initiale des 37 orateurs prévus s’est allongée à 39, prolongeant ainsi les discours jusqu’à tard dans la soirée. Le compte-rendu des déclarations est disponible ICI.

Féminicides

Dès 8 heure du matin, la Vice-Secrétaire générale était présente pour une réunion sur l’initiative conjointe ONU-Union européenne Spotlight de lutte contre les féminicides, qui annonçait une enveloppe de 50 millions d’euros pour lutter contre ce fléau en Argentine, au Salvador, au Guatemala, au Honduras et au Mexique. « Ces cinq pays ont fait preuve du courage politique nécessaires pour lutter contre les féminicides – un crime qui cause la mort de 12 femmes par jour en Amérique latine », a-t-elle déclaré. L’Amérique latine compte 14 des 25 pays ayant le taux de féminicides le plus élevé au monde, où tristement, 98& des cas ne sont pas poursuivis en justice.

Mme Mohammed a tenu à rendre hommage à Mariana Lima, tué en 2010 par son propre époux policier, et à sa mère Irinea Buendía qui s’est battue pendant six ans contre le système judiciaire mexicain avant de voir le cas de la mort de sa fille porté devant les juges.

La Haute-représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, était aussi présente et a déclaré : « Des femmes sont tuées car elles veulent avoir les mêmes libertés que les hommes. Et quand la moitié d’une société ne peut jouir des mêmes libertés que l’autre – la liberté de travailler, d’apprendre – c’est avant tout le problème des hommes, et c’est un problème de société » [lire l’article en anglais].

Maladies non-transmissibles (MNT)

Un peu plus tard dans la matinée, la Vice-Secrétaire générale Amina J. Mohammed, assistait à une réunion de haut niveau sur les maladies non-transmissibles qui représentent 70% des décès dans le monde : cancers, cardiopathies, affections pulmonaires, accidents vasculaires cérébraux et diabète. Présents parmi les chefs d’état, le Directeur de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a dit que les mesures prises lors de ce sommet feront date dans l’histoire. Parmi ces mesures prises sont à noter un engagement par les dirigeants mondiaux à adopter et renforcer les législations et la fiscalité pour protéger les gens du tabac et des mauvaises denrées alimentaires, la limitation de la publicité pour l’alcool, l’interdiction de fumer et la taxation des boissons sucrées.

« Avec un monde de plus en plus mondialisé, une espérance de vie plus longue, un climat en rapide évolution et des niveaux croissants d’urbanisation, nous assistons à des changements – démographiques et autres – qui voient le fardeau des MNT augmenter dans tous les pays », a pour sa part déclaré la Vice-Secrétaire Générale.

Sur ce même sujet, l’OMS a décidé de reconduire Michael Bloomberg, l’ancien maire de New York, dans ses fonctions d’ambassadeur mondial de l’Organisation chargé des MNT et des traumatismes.

Abus et exploitation sexuels

En 2017, le Secrétaire général António Guterres a lancé une nouvelle stratégie pour prévenir et mettre fin à l’exploitation et aux abus sexuels commis par des personnels de l’Organisation. Parmi les décisions majeures initiées par cette stratégie, le Cercle de dirigeants est un forum où les chefs d’état et de gouvernement peuvent montrer leur engagement et leur résolution au plus haut niveau pour mettre fin à ce fléau.

Près de 100 pays ont signé des pactes volontaires avec les Nations Unies dans ce sens. Le Secrétaire général a aussi nommé une coordinatrice spéciale et une défenseure des droits des victimes.

« Le temps du silence et des tabous est révolu. Tous, dont notre propre personnel, doit pouvoir rapporter des allégations d’abus. Par-dessus tout, nous devons protéger ceux que nous avons pour mandat de servir », a dit le Secrétaire général.

Au 26 septembre 2018, 69 chefs d’états et de gouvernement en exercice ou ayant été en exercice auparavant sont membres du cercle de dirigeants.

Le 27 septembre, 49 d’entre eux, aux côtés de 21 agences des Nations Unies, se sont joints au Secrétaire général pour signer la Déclaration collective des membres du Cercle des dirigeants chargés de la question de la prévention de l’exploitation et des atteintes sexuelles dans les opérations des Nations Unies et des mesures à prendre pour y faire face.

Les belles histoires des droits de l’homme

Dans le cadre des événements organisés pour le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le 25e anniversaire de la Déclaration et Programme d’action de Vienne, et le 20e anniversaire de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme, la nouvelle Haut-Commissaire des droits de l’homme Michelle Bachelet, le Secrétaire général, les représentants de 14 pays et de l’Union européenne étaient rassemblés pour lancer l’initiative Les belles histoires des droits de l’homme.

Bien souvent, le monde se concentre sur les mauvaises nouvelles, et ce pour des raisons compréhensibles. Mais il est important de savoir qu’il y a plus que ces mauvais aspects. C’est pourquoi il est important de promouvoir les côtés positifs et de les faire connaitre.

L’Initiative prévoit que les membres parties prenantes à cette initiative se réuniront tous les 6 ou 12 mois à Genève et à New York pour discuter des meilleures pratiques en termes de droits de l’homme, et pour renforcer les partenariats.

« Les dirigeants présents aujourd’hui partageront des expériences qui couvrent l’éventail complet des droits de l’homme : des questions de genre aux droits des migrants en passant par le droit des prisonniers et des détenus … Le respect et la promotion des droits de l’homme est au cœur de l’expansion des horizons de l’espoir », a déclaré le Secrétaire général.

Pour suivre les discours dans les jours qui viennent, consultez la page du débat général (vous y trouverez la liste des orateurs ainsi qu’une vidéo des discours en direct). Le 27 septembre, 40 chefs d’état ou de gouvernements prendront la parole.

Hashtag : #UNGA | Twitter @ONU_fr | Facebook : nationsunies | Site internet : un.org/fr/ga | vidéo en direct : webtv.un.org/live