Au début de l’existence des Nations Unies, de nombreuses règles devaient être établies au fur et à mesure que l’Organisation faisait face à de nouvelles situations et de nouveaux défis auxquels elle devait répondre.

En 1947, la résolution 167 (II) de l’Assemblée Générale a approuvé la couleur bleu ciel pour le drapeau des Nations Unies. Cette couleur distinctive allait représenter l’ONU.

Quand l’Organisation a commencé à envoyer du personnel de médiation au Moyen-Orient, « Tous les efforts ont été faits pour les distinguer en tant que personnels des Nations Unies, avec ce qu’ils trouvaient à leur disposition : brassard, drapeaux, casques, et plus encore » (Henry, p.143).

Dans sa description de la création de la Force d’urgence des Nations Unies (UNEF) en 1948 dans son livre Ralph Bunche: An American Life, Brian Urquhart écrit :
« Nous avions besoin d’un couvre-chef distinctif, facile à reconnaitre de loin par un tireur d’élite. Un béret de couleur bleu ONU semblait faire l’affaire, mais il était impossible de s’en procurer un nombre suffisant dans les délais. Les couverture plastique de casques américains, en revanche, étaient courantes en Europe, et étaient prêtes à l’emploi, repeintes en bleu ONU, à temps pour que les détachements de l’UNEF les portent lors de leur entrée en Egypte » (Urquhart, p. 269).

A propos de la création de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (UNTSO) en 1947, Brian Urquhart écrit :
« Les observateurs portaient des brassards bleus et des drapeaux de l’ONU … leurs véhicules étaient peints en blanc avec le sigle UN en noir sur les côtés et sur le toit. C’est ainsi devenu la pratique courante de toutes les missions d’observation des Nations Unies » (Urquhart, p.161).

Photo MINUSMA/Marco Dormino

[Ce texte est tiré de l’article “What is the origin of the Blue Helmet worn by UN peacekeepers” de la Rubrique “Demandez à Dag” de la Bibliothèque Dag Hammarskjöld]